Conférence

Mercredi 25 juillet, 18h30 // Centre Européen de Conques

 

L'ambition de la Convention de 1972

et le réseau des biens français

du patrimoine mondial

par Chloé CAMPO DE MONTAUZON,

Déléguée générale de l’Association des biens français du patrimoine mondial (Tours)

 

 

La Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel est l’un des traités internationaux les plus ratifiés au monde.

Avec 193 signataires en 2017, la Convention de 1972 peut se targuer d’être quasiment universelle. L’écho médiatique qui accompagne désormais chaque inscription et les moyens mobilisés pour obtenir et conserver cette prestigieuse reconnaissance internationale sont considérables, même si ce sésame nourrit parfois quelques fantasmes et confusions, tant sur le processus d’inscription que sur ses conséquences et les retombées de l’inscription.

De sujet confidentiel et spécialisé, le patrimoine mondial est devenu un thème récurrent et populaire.

Tout ce mouvement témoigne d’une évolution certaine tant dans la perception du sujet que dans les enjeux que recouvre aujourd’hui une inscription. C’est cette évolution qui sera examinée à travers quatre décennies d’inscriptions françaises.