Les rencontres du vendredi

Des conférences sur l'art, l'actualité, les pensées, les pratiques culturelles et intellectuelles

Cycle de rencontres 2021

 

Chaque année, plusieurs rendez-vous font se croiser des disciplines très variées, de l'histoire de l'art à la sociologie en passant par l'écologie ou des questions d'actualité.

L'auditorium, espace unique sur les hauteurs du village, permet d'accueillir ces rencontres entre l'intervenant et le public avec une opportunité d'échanger sur le sujet de la soirée grâce à un temps de questions libres.

L'entrée est libre, gratuite, soyez curieux !Les conférences sont organisées en partenariat avec le Centre de documentation historique de Conques.

 

Les rendez-vous à venir

 

 

Histoire

Louis Balsan (1903-1988), un photographe-archéologue au service du patrimoine de Conques

 

Par Pierre Lançon, bibliothécaire de la Société des lettres de l'Aveyron et du Centre de documentation historique de Conques


 

 

Avant-propos de Pierre Lançon
L’archéologue et spéléologue aveyronnais Louis Balsan (1903-1988), de par les différentes fonctions qu’il exerça – en particulier celle de conservateur des antiquités et objets d’art de l’Aveyron , fut un parfait connaisseur du patrimoine artistique aveyronnais. Excellent photographe qui plus est, il constitua, sa vie durant, une riche photothèque personnelle consacrée au Rouergue qu’il tint à léguer à la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron dont il était aussi le secrétaire général. Ainsi, ce sont plusieurs milliers de clichés argentiques qu’il réalisa pour le seul site de Conques, découvert pour la première fois en 1930. L’intérêt de ce fonds iconographique est  exceptionnel tant par la qualité et l’originalité des photographies prises en noir et blanc ou en couleur que par leur intérêt documentaire. Pour cet amoureux du lieu, tout devenait centre d’intérêt et aucun détail n’échappa à son œil exercé. Son œuvre photographique rend ainsi compte des richesses insoupçonnées du bourg monastique, de la beauté de ses monuments, connus ou moins connus. Louis Balsan accorda aussi un intérêt particulier au trésor d’orfèvrerie et fut notamment celui qui photographia, dans les années 50, le démontage des reliquaires, en vue de leur restauration ; il prit part ou s’intéressa à des découvertes archéologiques quelque peu oubliées ; il fixa enfin sur la pellicule la solennité et le faste des processions religieuses d’antan (la Sainte-Foy notamment). Tout au long de son existence et jusqu’au crépuscule de sa vie, de belles rencontres humaines l’attendirent aussi en ce lieu où « souffle l’esprit ».

 

Un florilège d’images qui, mises en perspective et commentées, éclairent d’un jour nouveau l’histoire plus que millénaire de Conques. 

 

Vendredi 8 octobre, 20h30, auditorium du Centre Européen de Conques
Infos au 05 65 71 24 00 | Entrée libre | Gratuit

En partenariat avec la Communauté des Prémontrés de Conques et les Amis de l'abbaye de Conques

 

Les rendez-vous passés

 

 

Préhistoire

Les grandes étapes de l'évolution morphologique et culturelle de l'Homme, émergence de l'être humain

 

Avec Henry de Lumley, préhistorien,

Président de l'Institut de Paléontologie Humaine Fondation Prince Albert Ier de Monaco (Paris)

 

 

Avant-propos de Henry de Lumley

Les travaux des paléontologues et des préhistoriens permettent aujourd'hui de reconstituer les grandes étapes de l'évolution morphologique et culturelle de l'Homme, depuis l'acquisition de la station érigée bipède il y a 7 millions d'années à l'invention d'internet.

C'est au long de cette fabuleuse aventure culturelle de l'histoire de l'humanité, qui a débuté il y a 2.5 millions d'années avec l'émergence de la pensée conceptuelle et l'invention de l'outil, que l'Homme s'est construit en tant qu'être culturel. Aujourd'hui avec les multimédias, l'Homme franchit une nouvelle étape : c'est la Noosphère.

 

Vendredi 10 septembre, 20h30, auditorium du Centre Européen de Conques

Infos au 05 65 71 24 00 | Entrée libre | Gratuit

En partenariat avec Aveyron Culture - Mission départementale.


 

Ethnologie et sociologie
Entrer en paysage. De la montagne à la forêt : habitants, professionnels et écrivains

 Vendredi 3 septembre

 

 Ethnologue et sociologue, chargé de recherche au CNRS et à l'EHESS (Paris), Martin de la Soudière vient nous parler de grands espaces et de la façon de s'y mouvoir et d'y évoluer. Arpenter le paysage, c'est aussi l'observer, le considérer.

Une véritable philosophie.

 

 

Avant-propos de Martin de la Soudière

La notion de paysage constitue une source de réflexion sur le rapport que nous entretenons à notre territoire et à notre environnement. Il s’agit plus particulièrement d’interroger les très nombreuses manières d’arpenter, d’entrer en paysage, non pour en proposer une collection mais pour mettre en lumière des différences, mais aussi des parentés, des similitudes et des interférences.

Assurément, le peintre, le géographe, le poète, le marcheur endurant et sportif ou le simple piéton, adepte de la flânerie, ne perçoivent pas le paysage de la même manière. Pour le scientifique, c’est la rencontre avec le terrain ; pour l’Homme sensible, une expérience existentielle et poétique.

S’appuyant sur ses travaux de recherche mais aussi son vécu personnel, Martin de la Soudière explore cette variété de regards et d’approches.   

 

Vendredi 3 septembre, 20h30, auditorium du Centre Européen de Conques

Infos au 05 65 71 24 00 | Gratuit

 

Avant la conférence, la paysagiste Hélène Sirieys vous propose une balade paysagère de 17h à 18h30.

Rendez-vous devant le  Centre Européen avec possibilité de partager un repas tiré du sac à la fin de la promenade.

Réservations conseillées au 05 65 71 24 00 | Gratuit


Témoignage

Conversation-débat avec Françoise Nyssen

 Vendredi 20 août, 20h30

 

L'ancienne ministre de la Culture, présidente du directoire des éditions Actes Sud et fondatrice de la librairie Actes Sud revient sur son parcours, ses expériences et son engagement à la lumière de son

livre "Plaisir et nécessité" paru en 2019 aux éditions Stock.

 


Avant-propos de Françoise Nyssen
Depuis mon plus jeune âge, j'ai une passion : les livres. Ils ont forgé mon enfance, ils sont le fil directeur de ma vie professionnelle. Je suis née belge, la France m’a accueillie et m’a permis d’agir. De la Belgique jusqu’au ministère de la Culture où j’ai passé dix-sept mois, j’ai traversé des moments heureux, exigeants, durs parfois, mais aussi inespérés.
Toute ma vie je me suis engagée. Car je crois au pouvoir du dialogue face au cynisme du monde moderne, je crois à l’entraide citoyenne contre les violences du capitalisme, je crois à la solidarité dans une société encore inégalitaire envers les femmes et à l’engagement sans faille pour assurer la nécessaire transition environnementale dans des conditions respectueuses du vivant.
Dès que j’ai découvert le monde politique au plus haut niveau, j’ai vu l’immense responsabilité que cela impliquait. Comment une femme de 66 ans, inscrite à aucun parti, sans expérience des institutions, peut-elle se rendre utile à son pays ? Ces mois où j’ai expérimenté le « pouvoir de faire » méritent, je crois, d’être racontés.
Depuis mon retour sur mon territoire et à travers l’écosystème – culture, éducation, environnement – que nous animons, je réaffirme que la culture est, à mes yeux, un plaisir et une nécessité et indissociable du nécessaire combat avec et pour le vivant.

 

Vendredi 20 août, 20h30, auditorium du Centre Européen de Conques

 Une conférence-débat animée par Chantal Wittmann et Pierre Lançon.

 

Réservations sur https://conques.festik.net/ ou au 05 65 71 24 00

Gratuit


Histoire de l'art

Jean Wirth s'interroge : Y a-t-il un art religieux au Moyen Age ?

 

La question est provocatrice tant la réponse semble couler de source.

Qu'en est-il vraiment ?

Jean Wirth, historien, spécialiste de l'image médiévale, diplômé de l’École des Chartes et de la Sorbonne  vient nous livrer quelques éléments de réponse.

 

Avant-propos de Jean Wirth

Depuis l'époque moderne, il existe ce qu'il est convenu d'appeler un art religieux, opposé à l'art profane non seulement par sa thématique, mais encore par la manière de représenter les thèmes. Le problème est de savoir si cette distinction est pertinente pour l'art médiéval. Il y avait bien sûr des thèmes religieux et d'autres qui ne l'étaient pas, mais la manière de les représenter était la même. Ce que la Contre-Réforme du XVIe siècle a banni des églises y était courant au Moyen Age : la sensualité des tenues et des attitudes, le comique, parfois l'obscénité. Cela ne suscita guère de protestations avant la fin de la période. Le christianisme médiéval n'était pas puritain. Aussi, à l'opposé de l'idée qu'on s'en fait, la liberté de l'artiste y était proclamée par les autorités religieuses elles-mêmes.

 

Vendredi 25 juin, 19h00, chapelle Saint-Joseph, RODEZ

Réservations au 05 65 71 24 00 | Gratuit

En partenariat avec la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, les Amis de la cathédrale de Rodez et Aveyron Culture - Mission départementale.

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Contactez-nous :

Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques

Centre Européen de Conques

12320 Conques-en-Rouergue

 

05 65 71 24 00

centre.europeen@wanadoo.fr

 

Horaires :

Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h

 

Suivez-nous :



Le Centre Européen de Conques est soutenu par le Conseil Départemental de l'Aveyron